message d'un responsable des écoles Thumi Sambotha.  02 avril 2022

Bonjour et Tashi Delek !

Je suis heureux de vous informer que la situation de l’épidémie de Covid 19 en Inde s’est améliorée et que le nombre de cas a beaucoup diminué. Les écoles Sambotha ont repris leur fonctionnement noemal et 100 % des élèves et des enseignants fréquentent leurs écoles respectives. Les élèves en fin de scolarité passeront les examens annuels entre ce mois-ci et la fin mai.

 

J’espère que la situation sanitaire est également meilleure en France et que votre équipe et vous-même pourrez recommencer à voyager vers l’Inde pour affirmer et contrôler votre contribution aux écoles tibétaines en Inde.

DÉCLARATION DU KASHAG À L'OCCASION DU SOIXANTE-TROISIÈME ANNIVERSAIRE

DU SOULÈVEMENT NATIONAL TIBÉTAIN

 

    Il y a soixante-trois ans, en ce jour de 1959, les Tibétains de Lhassa se sont

soulevés pour protester pacifiquement contre l'occupation du Tibet par le

gouvernement chinois. Ce jour marque également le quatorzième anniversaire

des protestations non violentes des Tibétains, qui ont déferlé sur le Tibet à partir

de mars 2008. Nous rendons hommage aux hommes et aux femmes courageux

du Tibet qui ont sacrifié leur vie pour notre cause spirituelle et politique, et nous

sommes solidaires des Tibétains qui continuent de subir une grande oppression

au Tibet.

 

    Dans sa longue histoire, le Tibet a atteint la suprématie sous le règne des Trois

Grands Rois religieux. Même après sa désintégration, la religion bouddhiste du

Tibet jouissait, en Asie de l'Est, d'une influence égale à celle de la puissance

militaire de la Mongolie et du pouvoir politique de la Chine. Le Tibet a partagé

une relation de « prêtre-patron » avec les empires qui l'ont occupé et les empires

chinois successifs, jouissant la plupart du temps d'un respect et d'une harmonie

mutuels.

 

    Lorsque les communistes chinois ont pris le pouvoir le 1er octobre 1949, ils ont

annoncé la soi-disant "libération pacifique" du Tibet. Peu après, en 1950, les

forces communistes chinoises ont attaqué Chamdo et vaincu l'armée tibétaine.

L'ensemble du Tibet a été placé, pour la première fois, sous son occupation après

avoir contraint les Tibétains à signer l'Accord en 17 points en 1951. Bien que Sa

Sainteté le Dalaï Lama et le gouvernement tibétain aient fait tous les efforts

possibles pour coopérer avec le gouvernement chinois sur la base de cet accord,

les bases d'une coexistence pacifique ont été brisées par l'oppression constante

de l'armée chinoise. Sa Sainteté le Dalaï Lama, suivi par quelque 80 000

Tibétains, n'a eu d'autre choix que de partir en exil.

 

     Au cours des deux décennies suivantes, le Tibet a connu la période la plus

sombre de son histoire. L'avènement des "réformes démocratiques" dans les

provinces tibétaines du Kham et de l'Amdo en 1956 a entraîné la destruction de

monastères et l'arrestation de lamas et de moines. À cette époque, le

gouvernement chinois n'avait pas de politique claire sur les questions ethniques.

Toutefois, cela a rapidement changé lorsque Mao Zedong, s'inspirant de la révolte

de 1958 des Tibétains et des Salars dans le comté de Yadzi, en Amdo, a fait

remarquer que la question de la nationalité était essentiellement une question de

classe. Il a déclenché un cycle sans fin de campagnes désastreuses au nom de la

répression de la révolte, des réformes démocratiques et de la Révolution

culturelle.

    Ce fut le véritable début du génocide culturel au Tibet, entraînant la

mort de 1,2 million de Tibétains et la destruction de plus de 6 000 monastères.

Les années 1980 ont été marquées par la politique de réforme et d'ouverture en

Chine, par l'annonce de la quatrième Constitution de la République populaire de

Chine et de la loi sur l'autonomie régionale nationale. En outre, l'adoption d'une

série de règlements dans les préfectures et les comtés autonomes tibétains a

fourni un support juridique pour garantir la mise en oeuvre des politiques libérales

telles que la restauration des monastères, la reprise des études religieuses des

moines et des nonnes, la promotion de la langue tibétaine, le développement des

cadres tibétains et la propriété des terres. De même, l'envoi de délégations

d'enquête et de missions exploratoires tibétaines depuis l'Inde, ainsi que

l'ouverture du Tibet aux Tibétains pour qu'ils puissent rencontrer leur famille et

leurs proches, ont apporté une lueur d'espoir pour la résolution du conflit sinotibétain.

 

    Cependant, la situation au Tibet s'est détériorée après la purge des dirigeants

chinois à l'esprit libéral comme Hu Yaobang, la mort soudaine du 10e Panchen

Lama, l'imposition de la loi martiale pour réprimer les manifestations pacifiques

du peuple tibétain à Lhassa, l'écrasement du mouvement démocratique des

étudiants de Tiananmen et l'impasse dans le processus de dialogue entre les

gouvernements tibétain et chinois

  . En particulier, à partir des années 1990, legouvernement chinois a mené une politique de ligne dure pour renforcer soncontrôle sur le Tibet. Au nom du développement des infrastructures au Tibet, il aaccéléré le transfert de population chinoise vers le Tibet et augmenté le nombre

de cadres chinois dans les administrations des régions tibétaines. De même, sous

couvert d'éducation obligatoire, l'extermination des lignées monastiques ainsi

que l’action du comité de gestion démocratique pour le contrôle des monastères

ont été renforcées.

 

     Le contrôle du Tibet par la Chine est devenu plus aisé après le lancement du

programme de développement occidental. Des programmes de développement à

grande échelle au profit des migrants chinois et l'exploitation des ressources

minérales du Tibet ont été poursuivis. La promotion de la langue chinoise sous le

couvert de la politique d'éducation bilingue a encore affaibli la langue tibétaine.

Le gouvernement chinois a poursuivi une politique visant à usurper l'autorité

légitime chargée de choisir la réincarnation des bouddhas vivants afin de

contrôler le peuple tibétain.

 

          Ces politiques ont culminé avec les manifestations pacifiques sans précédent

organisées par les Tibétains dans les trois provinces traditionnelles du Tibet en

2008. Le gouvernement chinois a brutalement réprimé ce soulèvement, faisant

des centaines de morts et des milliers d'arrestations parmi les Tibétains. Cette

répression s'est traduite par un déploiement massif de forces armées et par une

restriction des déplacements des Tibétains dans tout le pays. La politique visant à

faire du chinois la langue d'enseignement dans les écoles a été accélérée et la

campagne d'"éducation patriotique" dans les monastères a été renforcée. En

conséquence, depuis 2009, dans tout le Tibet 156 Tibétains se sont immolés par

le feu en signe de protestation, réclamant le retour de Sa Sainteté le Dalaï Lama

au Tibet et la liberté pour les Tibétains. Le processus de dialogue sino-tibétain a

également abouti à une impasse en 2010.

 

          Aujourd'hui, notre plus grande préoccupation est la sinisation systématique en

cours de la nouvelle génération de Tibétains au Tibet. En 2011, certains

conseillers politiques du Parti communiste chinois ont appelé à l'abrogation du

système national d'autonomie régionale et à l'adoption de la soi-disant

"deuxième génération de politiques ethniques" pour affaiblir les identités des 56

nationalités et renforcer une identité nationale chinoise unique. Ils demandent la

révocation des politiques préférentielles pour les minorités ethniques,

encouragent l'assimilation ethnique, imposent l'utilisation de la langue chinoise

et la fermeture des écoles pour les nationalités. Ces mesures sont aujourd'hui

réellement mises en oeuvre au Tibet.

 

     En 2012, le gouvernement chinois a dû revenir sur sa politique de fusion des

écoles primaires des villages en internats après avoir fait face à de fortes

protestations en Chine. Toutefois, le Conseil d'État chinois a publié un décret en

2015 rendant obligatoire pour les enfants des zones ethniques d'étudier, de vivre

et de grandir dans le système des internats. On estime qu'environ 78 % de

l'ensemble des élèves du Tibet ont été contraints de vivre dans les internats en

2019.

 

         De même, en août 2021, le ministère chinois de l'Éducation a publié un décret

visant à mettre en oeuvre le "Plan d'homophonie pour la langue commune des

enfants d'âge préscolaire" dans les zones ethniques et rurales au cours du 14e

plan quinquennal. Ce plan prévoit que les enfants d'âge préscolaire doivent

apprendre le mandarin à l'oral et à l'écrit afin de jeter de bonnes bases pour

l'enseignement obligatoire. De même, la langue utilisée pour l'examen de

recrutement pour les emplois gouvernementaux dans les zones tibétaines est

passée du tibétain au chinois.

 

        Une telle politique visant à priver les enfants tibétains de leur droit d'apprendre

leur langue, qui est au coeur de leur identité, de leur culture et de leur religion,

aura de graves répercussions au cours des deux prochaines décennies.

La privation systématique du droit d'apprendre et d'utiliser sa propre langue

constitue une violation flagrante des droits des nationalités minoritaires inscrits

dans la constitution chinoise et la loi sur l'autonomie régionale nationale. Elle

montre aussi clairement comment le gouvernement chinois viole diverses

déclarations nationales et internationales sur la protection des langues,

notamment la déclaration de la Conférence mondiale sur la protection des

ressources linguistiques qui s'est tenue en septembre 2018 à Changsha en Chine,

la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones et le

Pacte international relatif aux droits civils et politiques, qu'il a signé.

Nous respectons la constitution de la République populaire de Chine car elle

défend l'égalité des nationalités et garantit les droits fondamentaux des

minorités.

   Cependant, pour promouvoir la langue chinoise, le Comité permanent

de l'Assemblée nationale populaire de Chine a abrogé, en décembre 2021, les

dispositions constitutionnelles relatives aux droits des nationalités à enseigner

leurs propres langues. Il s'agit d'une mauvaise interprétation et d'un abus

flagrant des principes de la constitution chinoise.

 

      Nous respectons le peuple chinois et sa culture. Mais nous ne pouvons pas nous

accepter comme une seule et même nationalité chinoise, car le peuple tibétain

est une race distincte issue de ses six tribus ancestrales originales et possède

une culture profondément influencée par la tradition Bon et le bouddhisme.

Si le gouvernement chinois souhaite gagner l'amour et la loyauté du peuple

tibétain envers la République populaire de Chine, il doit mettre fin à la violation

des droits de l'homme des Tibétains et à l'anéantissement de l'identité tibétaine

en respectant sa propre constitution. La République populaire de Chine doit

accepter le fait historique que les Tibétains et les Chinois ont vécu en voisins

dans l'harmonie et l'entraide. Elle doit cesser de penser et d'agir de manière à

susciter l'hostilité entre Tibétains et Chinois, et au contraire prêter attention aux

aspirations des Tibétains.

 

        Bien que le peuple tibétain ait fait connaître ses véritables aspirations au cours

des 63 dernières années, le gouvernement chinois continue de mener des

politiques contraires. Aujourd'hui, au nom de la construction d'infrastructures et

de réserves naturelles, les nomades et les agriculteurs tibétains sont contraints

de se déplacer, modifiant ainsi par la force leur environnement de vie

traditionnel. Cette délocalisation se fait également sous le couvert de la réduction

de la pauvreté, de la formation et du transfert des "travailleurs ruraux

excédentaires". Les étudiants tibétains sont envoyés travailler en Chine dans le

cadre de sa campagne d'assimilation. De même, les mariages entre Tibétains et

Chinois sont encouragés sous le slogan de "modèles pour l'harmonie ethnique".

Le gouvernement chinois athée continue d'interférer dans la tradition bouddhiste

tibétaine des réincarnations, de contrôler les monastères et de restreindre

l'apprentissage académique et la libre circulation des moines et des nonnes. Sous

couvert de faire en sorte que "le bouddhisme tibétain s'adapte à la société

socialiste et se développe dans le contexte chinois", le gouvernement chinois a

interdit la diffusion de contenus religieux en ligne et continue de démolir des

statues bouddhistes à Drakgo, et à vouloir fermer de force le monastère de

Kharmar dans le Kham. De même, les arrestations arbitraires et

l'emprisonnement d'intellectuels tibétains, tels que Go Sherab Gyatso,

d'écrivains, d'enseignants, d'étudiants et de militants des droits de l'homme et

de l'environnement se poursuivent sans relâche. On signale également la

destruction de temples et de stupas bouddhistes tibétains en Chine, les

dépouillant de leur architecture traditionnelle, des écrits et des peintures murales

tibétaines.

 

     L'Administration centrale tibétaine espère trouver une solution mutuellement

acceptable au statut futur du Tibet par le biais d'un dialogue basé sur l'approche

de la voie du milieu, en particulier en exhortant le gouvernement chinois à

corriger ses mauvaises politiques. Nous sommes prêts à engager des discussions

pour rechercher une solution durable fondée sur l'égalité, l'amitié et les

avantages mutuels.

 

       Jusqu'à ce que le conflit sino-tibétain soit résolu, en tant que porte-parole libres

de nos frères au Tibet, nous ferons tout notre possible pour utiliser des moyens

axés sur les résultats afin de porter la question de la répression et de

l'extermination de l'identité tibétaine par le gouvernement chinois à l'attention

des parlements, des gouvernements, des groupes de réflexion et des médias du

monde entier par le biais de la campagne volontaire de défense du Tibet et par

d'autres moyens.

 

        Malgré la répression menée par la Chine, les Tibétains de l'intérieur restent

inébranlables dans leur détermination et leur courage à préserver leur religion,

leur culture, leur langue et protéger l'environnement naturel. Leur esprit est

l'épine dorsale de notre détermination. La responsabilité prise par nos

compatriotes au Tibet est un droit humain inhérent, en accord par ailleurs avec la

constitution chinoise. Par conséquent, il est d'une importance capitale de

poursuivre la lutte pour le droit de préserver notre identité avec une

détermination inébranlable. En gardant à l'esprit les politiques du gouvernement

chinois au Tibet, les Tibétains en exil doivent redoubler d'efforts pour préserver

notre culture et notre identité.

 

     Les Tibétains en exil ont obtenu des résultats remarquables dans la mise en place

d'une administration efficace sous la direction et le leadership de Sa Sainteté le

Grand 14e Dalaï Lama. Nous devons tendre nos efforts pour la maintenir.

Saisissant l'occasion, nous souhaitons adresser nos remerciements les plus

sincères à diverses nations, en particulier au gouvernement central de l'État

indien, ainsi qu'aux groupes de soutien au Tibet, pour avoir soutenu la cause

tibétaine au cours des 60 dernières années. Nous remercions le gouvernement

américain pour la récente nomination du coordinateur spécial pour les questions

tibétaines. Nous demandons instamment aux nations partageant les mêmes

idées de soutenir l'approche de la Voie du milieu pour résoudre la question du

Tibet en reconnaissant le véritable statut historique du Tibet.

Comme Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de

l'homme, doit se rendre au Xinjiang en mai, nous demandons instamment au

Haut-Commissaire de se rendre également au Tibet.

 

      Nous adressons nos prières à Tsewang Norbu, un chanteur tibétain bien connu de

26 ans, qui, selon les médias, est mort après s'être immolé à Lhassa le 25 février.

Cependant, en raison des lourdes restrictions et de la surveillance imposées par

le gouvernement chinois, nous n'avions pas pu obtenir d'informations sur son

état de santé. En cette période critique de notre lutte, la perte de la vie d'un

seul Tibétain patriote est une perte irréparable pour notre cause. Puisque la vie

de chaque Tibétain est précieuse, nous devons rester en vie et contribuer à notre

cause spirituelle et politique.

 

         Nous célébrons également ce jour à l'ombre de la guerre déclenchée par

l'invasion de l'Ukraine. Nous exprimons nos prières pour ceux qui ont perdu la vie

et ceux qui ont été blessés dans ce conflit, et nous sommes solidaires avec plus

de 2 millions de réfugiés ukrainiens. Nous prions également pour la fin immédiate

de la pandémie mondiale et des autres conflits causés par l'homme, et nous

souhaitons que l'humanité vive dans la paix et le bonheur.

Enfin, je prie pour la longue vie de Sa Sainteté le Dalaï Lama et

l'accomplissement spontané de ses souhaits. Que la vérité de la cause du Tibet

prévale.

 

Le Kashag

10 mars 2022

 

Note : Ceci est une traduction de la déclaration publiée en tibétain. S'il y a une

différence entre celle-ci et l'original tibétain, veuillez considérer ce dernier

comme définitif et faisant autorité.

Télécharger
presentation de Francis.pdf
Document Adobe Acrobat 1.5 MB

Des nouvelles de l'école de Kalimpong

message de Kelsang Dawa, Directeur.

 

« ...L’école est toujours fermée à cause de la 3ème vague. Kalimpong n’est pas véritablement touché et il y a très peu de cas en ville, mais le gouvernement a décrété la fermeture totale des écoles et universités du Bengale Occidental, nous ne faisons pas exception.

Le transfert est terminé. Nous sommes maintenant une Sambotha Tibetan School et plus une CST. Le transfert officiel a eu lieu entre le 20 et le 23 décembre. Tous les professeurs indiens titulaires et les personnels non enseignants ont rejoint leurs nouvelles écoles du ministère indien. De nouveaux professeurs de Sambotha ont commencé à prendre leur service et font leurs cours en ligne depuis hier pour les classes X et XII, qui doivent passer les examens indiens du secondaire en mars. Les autres classes sont en vacances jusqu’au 6 février. Nous espérons que le gouvernement autorisera la réouverture des écoles et permettra aux élèves d’apprendre et de progresser. C’est assez drôle que les réunions électorales, les foires et tous les autres grands rassemblements soient autorisés, mais les écoles fermées. .

.../… Le covid a certainement ruiné la vie de millions d’enfants, en particulier en Inde et d’autres pays en voie de développement où 60 à 70 % des familles n’ont pas accès à interne, la technologie et tous les gadgets. Il y a tant d’élèves qui ont oublié ce qu’ils avaient appris à l’école. J’ai été vraiment choqué par une série d’interviews d’une chaîne d’informations auprès de plusieurs groupes d’élèves de zones rurales en Inde. Des enfants qui étudiaient en classe 8 auparavant étaient incapables de lire des livres de classe 2, ça représente un recul de la fin du collège au début du primaire. Ces deux dernières années ont tout simplement rendu ces jeunes enfants aveugles. Je suis vraiment désolé, mais le gouvernement indien actuel ne se soucie absolument pas d’éducation et de réduire la pauvreté… Ils ne parlent que d’hindous et de musulmans.

 

.../… Nous réparons le toit du bâtiment principal. C’est le projet auquel j’ai beaucoup travaillé pour qu’il soit accepté avant le transfert par le ministère indien. J’espère que les travaux seront terminés à la fin du mois. »

Des projets réalisés, malgré la pandémie.

 

 

A Tezu, en Arunachal Pradesh, Le Toit du Monde avait accepté de financer des projets d'envergure...en décembre 2019.

Parmi ceux-ci,  la construction d'un escalier pour sécuriser l'accès à la rivière, parfois glissant et dangereux.

Janvier 2022, nous sommes heureux de voir ce bel escalier enfin réalisé.

 

 

 

   Les Tibétains en exil ont élu leur nouveau président. Il s’appelle PENPA TSERING, et succède à Lobsang Sangay, qui devait céder la place après deux mandats de 5 ans.

Penpa Tsering est âgé de 55 ans, il est né dans le camp de réfugiés de Bylakuppe, dans l’état du Karnataka(Inde).

lire la suite 


Actualités

 

Vous l'avez certainement croisé lors des expositions du "Toit Du Monde", il tenait la caisse , il donnait des explications , son sourire offrait la bienvenue aux visiteurs 

Jean-Claude Evain a quitté ce monde .

Cher Jean Claude,

Je suis là pour te parler au nom du « Toit du Monde », de nos amis tibétains et aussi de moi-même.

On s’est rencontrés il y a une vingtaine d’années, tu as tout de suite été conquis par l’association, son but, le travail de ses bénévoles et tu as rapidement rejoint notre petit groupe. Pendant toutes ces années, tu as apporté ton savoir faire, ton écriture … ta présence et ton aide précieuse lors des expositions.

Nous avons partagé beaucoup de merveilleux moments et bien ri !

 

Tu as fait avec nous plusieurs voyages en Inde et au Népal, rencontré tant de personnes, des plus démunies aux responsables dans les bureaux. Tous ont apprécié ta générosité, ton humour, ta sensibilité envers leur condition de vie.

Tu as même fait le guide touristique pour les nouveaux venus.

 

Aujourd’hui l’annonce de ton départ a fait le tour, de la France à l’Inde.

Par ces paroles, j’exprime notre chagrin à tous d’avoir perdu un être cher, de la part de tes amis

du "Toit Du Monde", de nombreux parrains, en particulier ton grand ami tibétain Nyima qui nous dit

avoir perdu un frère, Tashi Dolma que tu connais depuis ton 1er voyage, bien d’autres et aussi de

responsables tibétains. Nous recevons leurs témoignages.

 

Les lampes à beurre brûlent sur leurs autels et dans les monastères pour toi,

Les chants partent des monastères, résonnent dans l’Himalaya et volent vers toi. Ce sont des vibrations d’Amour qui honorent la personne que tu étais et t’accompagnent.

 

Je me joins à leurs prières.

                                                            Annick Dréano , présidente de l'association