Actualités

Les nouvelles que nous recevons sont relativement positives et rassurantes.Ci-après,vous pourrez lire la lettre que nous avons reçue le 10 mai de Mr Tsering Topgyal responsable de la "Sow Lion Foundation" à Kathmandu Népal.

 

        "J’espère que vous allez bien ainsi que tous les parrains. Sans trop de contraintes liées à la pandémie. Cela fait 45 jours que le pays est confiné, depuis le 24 mars. J’espère que vous respectez bien les mesures préventives et que vous prenez bien soin de vous au maximum, de même que nos merveilleux parrains dont nos enfants chérissent le soutien.

 

             Nous travaillons depuis la maison, sans archives ni documents pour faire des recherches si on a besoin de détails. Les écoles ne sont pas non plus ouvertes et un enseignement à distance se met en place depuis les deux dernières semaines par le biais de différentes applications. Le ministère de l’éducation étudie la faisabilité de l’enseignement à distance et sa couverture. Les défis sociaux et émotionnels dépassent notre compréhension dans cette situation de détresse.

 

              Selon les dernières nouvelles, le gouvernement Népalais met au point un plan de déconfinement pour relancer progressivement l’économie à l’arrêt. Des instructions à respecter seraient données selon les régions, en fonction du nombre de cas, de la densité de population, avec des zones rouges oranges et vertes. Mais la réouverture des écoles et des universités demande des instructions spécifiques que le gouvernement étudie encore. à présent le Népal recense 110 cas de Covid récents et aucun décès jusqu’à présent.

 

   Conformément aux annonces du ministère, les écoles devraient rouvrir fin mai, jusque là, le télé enseignement continuera. Tous nos enfants sont dans leur famille. Les professeurs mutualisent les numéros de contact pour prendre des nouvelles et tenter de mener des cours sur le net.

    Toutes les homes de personnes âgées, les Tibétains isolés et ceux qui résident dans les colonies sont étroitement encadrés par les instructions sur le Covid 19 données par le SLF"Snow lion Foundation" et relayées par les TSO  "tibétan settelment officer". Jusqu’à présent, nos communautés n’ont pas été atteintes. Mais il faut prendre énormément de précautions, vu la faiblesse de nos moyens de santé publique.

 

     Je vous envoie ce message pour vous tenir au courant, car vous avez été très attentionnés et nous avez soutenus en remplissant les objectifs de votre association.

 

    Nous vous remercions beaucoup pour votre soutien sans faille malgré une crise sanitaire générale et ses conséquences sur la situation socio économique.

 

    Beaucoup des parrains doivent être soucieux de l’état de santé de leurs filleuls. c’est pourquoi je vous informe qu’ils sont tous dans leur famille qui prend soin d’eux.

 

Merci encore de tout cœur.

Prenez soin de vous."

 

Nouvelles du mois d'Avril


   À Gangtok, Kalimpong, Sonada et Darjeeling, nous savons que les enfants ont regagné leurs familles. Un confinement est en place comme dans le reste de l’Inde.

   À Tezu, en Arunachal Pradesh, l’accès au camp est interdit, ce qui ne change pas grand-chose à la vie quotidienne des Tibétains. Une contamination y est peu probable.

 

   Il semble que l’épidémie soit beaucoup moins développée dans ces régions, peut-être parce que les échanges à longue distance sont moins nombreux qu’en France, que ce n’était pas une saison touristique… La TSO de Gangtok et Nyima sont rassurants.

 

   Au Népal, Annick a pu avoir un contact en dehors de la communauté Tibétaine. Là également, la situation ne semble pas catastrophique. . Le responsable du « Snow Lion » a indiqué que l’association avait mis en place toutes les mesures sanitaires possibles dans les écoles depuis le mois de février. Les enfants sont actuellement dans leurs familles pour les vacances et les écoles ne devraient pas rouvrir avant le 27 avril.

 

       Nous actualiserons le site dès que nous aurons plus de nouvelles.

 

                                                                                                                 Prenez soin de vous.

 

 Lettre de voeux de  Mme Sonam Sangmo  Directrice du service des bourses et parrainages.

Chère Mme Annick Dreano, Le Toit du Monde

 

      Le Département de l’ Education de l’Administration Centrale Tibétaine souhaite saisir l’opportunité de cette occasion joyeuse pour exprimer notre gratitude pour l’aide que vous apportez à nos graines de futur, dans le domaine de l’éducation.

     Comme vous le savez, l’éducation qui convient pour les jeunes enfants tibétains, que nous appelons les graines du Tibet futur, est d’une importance capitale pour HH le 14ème Dalaï Lama. Ayant conscience des lacunes tibétaines dans le domaine des savoirs modernes, His Holiness a envisagé et plaidé pour un système éducatif qui préserve l’identité tibétaine, la culture, la religion et les traditions tout en développant une éducation aux standards actuels. C’est ainsi que le Département de l’ Education fut créé en 1960, parmi les premiers ministères de l’Administration Centrale Tibétaine.

 

       Grâce à votre soutien aimable et généreux, le DOE est en mesure de dispenser une éducation à nos enfants.

     Le DOE est fier que la plupart des docteurs, infirmières, enseignants, travailleurs sociaux et employés des medias ait bénéficié de son programme éducatif, ainsi que les dirigeants, fonctionnaires et artistes au service de la communauté . Cela n’aurait pas été possible sans votre soutien sans faille et les bontés du Dalaï Lama.

 

     Votre aide précieuse a non seulement changé la vie des enfants tibétains, elle a aussi contribué à rendre autonome une communauté tibétaine en exil et plus largement à renforcer le mouvement pour le Tibet.

    En cette occasion joyeuse qu’est Noël et bientôt la nouvelle année, le Département de l’Education vous remercie de votre soutien, au nom des enfants tibétains

 

    nous vous souhaitons un joyeux Noël et une bonne année 2020.

 

Mme Sonam Sangmo

 

Directrice du service des bourses et parrainages.

 

Le montant des parrainages change !

 

 

 

Par décision de l’Assemblée générale du 22 juin 2019

le montant des parrainages augmente au 1er janvier 2020

 

 extrait du compte-rendu de l'assemblée générale

"Compte tenu de la hausse du cout de la vie en Inde et au Népal le bureau soumet à l’approbation de l’assemblée une augmentation des cotisations qui sont restées les mêmes depuis 7 ans : de 23 à 25 euros pour les parrainages enfants et de 12 à 13 euros pour les personnes âgées à compter du 01/01/2020. Rappelons que le montant est entièrement perçu par l’enfant ou la personne âgée.

Approuvé à l’unanimité."

 

Enfants : nouveau tarif /25€ (au lieu de 23€)

 

Personnes âgées : nouveau tarif /13€ (au lieu de 12€)

 

Petit rappel :

 

« Le toit du monde » ne fait aucun prélèvement sur le compte des parrains.

 

Donc :

 

 Dans votre liste de Noël notez de contacter votre banque (Par internet ou en vous déplaçant) pour modifier le montant du virement automatique que vous avez déjà mis en place ou que, pour l’occasion, vous mettrez en place !

 

Pour ceux d’entre vous qui n’ont pas fait le changement de banque c’est l’occasion de le faire.

 

Petit conseil :  indiquez une date lointaine pour la fin de votre virement automatique, cela vous évitera d’oublier de le renouveler à son échéance et les désagréments pour la trésorière d’avoir à vous relancer. Dans le cas où vous souhaiteriez annuler votre parrainage vous pourrez supprimer le virement par internet ou le demander à votre banque.

 

Si vous avez besoin d’un RIB en faire la demande par mail à :  tdm-info@orange.fr

 

Si vous êtes plus papier !! Une seule adresse pour vos chèques

 

ASSOCIATION LE TOIT DU MONDE

 

BP29 44480 DONGES

 

Merci ! On compte sur vous ! pensez au beau sourire de votre filleul(e)sur la photo que vous recevrez après le voyage de l’automne 2019 !!

 

INFOS PRATIQUES

 

Décembre : Délai de réception des règlements

 

Le15/12/2019 (tenir compte des délais postaux) est la date butoir de réception de votre chèque afin de nous permettre l’enregistrement sur l’exercice comptable arrêté au 31/12/2019 et la délivrance de l’attestation fiscale au titre de 2019.Après cette date, vos versements, dons.  ne pourront être pris en compte  pris en compte que pour l’année 2020.

 

10 mars 2019 : Déclaration de Lobsang Sangay, Président du gouvernement tibétain

 

 Déclaration du Sikyong à l'occasion du 60e anniversaire du jour du soulèvement national tibétain

(10 mars 2019)

 

       Lorsque l'Armée populaire de libération (APL) de Chine est entrée pour la première fois au Tibet, elle a promis de construire une « route unique » qui apporterait « la paix et la prospérité » au peuple tibétain. Mais une fois la route terminée, les chars, les canons et d'autres soldats de l'APL sont venus et ont occupé tout le Plateau tibétain.

 

 

    En 1959, il y a soixante ans, en même ce jour, le Peuple tibétain s'est élevé contre l'armée d'occupation chinoise. Les poings dressés, nos frères et sœurs ont marché ensemble pour faire comprendre que le Pays des neiges était un territoire tibétain. « Le Tibet appartient aux Tibétains ! » crièrent-ils. Inébranlables dans l'unité, ils ont protégé et assuré la sécurité de notre lama tsawai, notre gourou racine, Sa Sainteté le Grand 14e Dalaï Lama !

 

 

    Au cours des six dernières décennies, le gouvernement de Pékin a réprimé brutalement le Peuple tibétain ; il nous a privés de nos droits fondamentaux et a constamment mené des politiques d’élimination systématique de la langue, de la culture, de l'identité unique et des pratiques spirituelles tibétaines. En substance, la Chine a délibérément cherché à éradiquer la civilisation tibétaine de la surface de la terre.

 

 

    Dans son rapport annuel publié cette année, Human Rights Watch déclare que les autorités chinoises ont mené une « campagne nationale de lutte contre la criminalité pour encourager les gens à dénoncer les membres de leurs communautés au moindre soupçon de sympathie » pour Sa Sainteté le Dalaï Lama.

 

 

    Par ailleurs, la répression contre les défenseurs des droits de l'homme s'est intensifiée ces dernières années. Le défenseur des droits linguistiques, Tashi Wangchuk, purge actuellement une peine d'emprisonnement arbitraire de cinq ans. Son seul crime a été de défendre les droits culturels et linguistiques du Peuple tibétain tels qu'ils sont pourtant consacrés par la Constitution chinoise. Récemment, la Chine a également interdit aux enfants tibétains de suivre des cours informels de langue dans les monastères régionaux.

 

    

   En prélude à son ambition de contrôler le réseau global de surveillance, la Chine utilise le Tibet comme terrain d'essai pour ses méthodes de surveillance de haute technologie. En utilisant un « système de grille de gestion sociale », le Parti communiste renforce son contrôle « orwellien » sur la surveillance électronique et physique du Tibet. En outre, depuis 2008, les barrages routiers et les postes de contrôle ont de plus en plus essaimé sur l’ensemble des routes principales, dans les zones urbaines ainsi que dans les zones reculées du Plateau tibétain. Les autorités chinoises ont affecté au moins un officier pour 20 Tibétains dans la Région autonome du Tibet (RAT). Dans le monde dystopique que le Parti a créé, le fils se dresse souvent contre le père, la fille contre la mère, le frère contre le frère.

 

 

    Communément connu sous le nom de « Troisième pôle », le Plateau tibétain abrite, à l'exception des deux pôles, le plus grand réservoir de glaciers au monde. Le Tibet est, ainsi, la source de certains des plus grands fleuves d'Asie, et plus d'un milliard d'habitants dépendent de ces eaux. Par conséquent, la hausse des températures sur les hauts plateaux met en danger les moyens d'existence de centaines de millions de personnes en Asie et amplifie négativement le changement climatique mondial. Les politiques environnementales profondément imparfaites de la Chine ont déjà transformé le Plateau tibétain en complexes miniers, très destructeurs, et la construction effrénée de barrages sur les rivières rend la situation encore plus dangereuse.

 

 

    Les agressions contre le Tibet et son peuple ont toujours été multiformes. Plus de deux millions d'agriculteurs tibétains, en particulier des nomades, ont été chassés de force de leurs terres ancestrales et réinstallés dans des ghettos à grande échelle, sans autre possibilité de mener une vie digne et traditionnelle.

 

 

    Par ressentiment à l’égard de ces politiques dures et répressives, 153 Tibétains se sont auto-immolés depuis 2009. L'immolation la plus récente est celle d'un homme de 23 ans, Dopo, qui s'est incendié le 4 novembre 2018 en appelant au rétablissement de la liberté pour les Tibétains et au retour au Tibet de Sa Sainteté le Dalaï Lama.

 

 

   Freedom House a classé le Tibet au deuxième rang des régions les moins libres du monde au cours de ces quatre dernières années. De même, Reporters sans frontières s'indigne de la violation systématique de la liberté de la presse au Tibet et estime qu'il est plus difficile pour les journalistes d'avoir accès au Tibet qu'à la Corée du Nord.

 

 

    Mes frères et sœurs tibétains du monde entier, bien que nous ayons vécu la période la plus sombre de notre histoire, nous nous sommes rassemblés dans l'unité et avons, contre toute attente, accompli beaucoup de choses. Au cours des six dernières décennies, notre cheminement a aussi été celui de l'espoir, de la résilience et de la résistance.

 

 

    Depuis le début des années 1950, au Tibet oriental, chacune des politiques tyranniques de la Chine s'est heurtée à une défiance absolue. Le soulèvement national tibétain de mars 1959, la résistance courageuse dans les prisons et les camps de concentration dans les années 1960 et 1970 et les manifestations à grande échelle dans les années 1980 ont montré que le Peuple tibétain a toujours lutté collectivement pour ses droits, sa liberté et la justice.

 

    En 2008, le monde entier a vu une nouvelle génération de Tibétains s'insurger contre l'occupation chinoise, rallumant l’étincelle d’un courage inébranlable afin d’affirmer leur liberté et leur dignité. Ils ont déclaré : « Nos voix ne seront pas étouffées, notre engagement ne faiblira pas. » Cette résistance résolue se poursuit.

 

   De même, en exil, non seulement nous nous sommes reconstruits, mais nous sommes devenus une communauté performante et prospère. Lorsque nos grands-pères et nos grands-mères sont arrivés en Inde, il y a 60 ans, leur sort était incertain et leur avenir inconnu. Au-dessus d'eux se trouvait un ciel vide et en dessous d'eux une terre inconnue. Mais, sous la direction de Sa Sainteté le Dalaï Lama, ils se sont rétablis. Pelle après pelle, brique après brique, ils ont construit des écoles, des monastères, des couvents et des colonies. Les familles ont formé des communautés pour semer l'espoir dans leurs champs de maïs, les hommes et les femmes ont renouvelé leurs savoirs pour tisser des tapis et paver un avenir meilleur à leurs enfants.

 

    Grâce à ces institutions et à ces communautés, nous avons réussi à restaurer et à raviver notre langue, notre culture, nos traditions spirituelles et, surtout, notre identité. La profondeur de notre histoire, de nos traditions, de notre philosophie et de nos expressions créatives nous a permis de transformer notre récit, de victime en survivant. La vérité de notre cause et notre capacité à mettre en œuvre efficacement des programmes de développement au fil des décennies nous ont valu le soutien et l'admiration continus de nos amis, sympathisants et groupes d'aide dans le monde entier.

 

   Sous la direction de Sa Sainteté le Dalaï Lama, l'Administration centrale tibétaine (CTA) est devenue une solide démocratie en exil, fondée sur l'État de droit, l'égalité des sexes et le suffrage universel. En 2011, Sa Sainteté a séparé la Religion de l'État et a délégué son autorité politique à un dirigeant démocratiquement élu. Le CTA représente aujourd'hui les aspirations des Tibétains à l'intérieur du Tibet comme des Tibétains en exil, dispersés dans 40 pays à travers le monde. Nos treize bureaux du Tibet servent de canaux de liaison officiels dans autant de pays.

 

     L'une des principales responsabilités de l'administration en l'exil est de superviser 71 établissements tibétains, 275 monastères et couvents, 69 écoles, avec une population d'environ 20 000 élèves - ayant un taux d'alphabétisation supérieur à celui de nombreux pays du Sud et du Sud-Est asiatique - hôpitaux, cliniques et maisons de retraite. Toutes ces institutions et tous ces centres répondent aux besoins des réfugiés tibétains en Inde, au Népal et au Bhoutan.

 

 

   Notre succès ne se limite pas à nos seules communautés. Aujourd'hui, le Japon accueille le plus grand groupe de soutien parlementaire multipartite au Tibet, lequel compte 90 membres. De même, le Groupe parlementaire tchèque pour le Tibet est le plus important d'Europe, avec plus de 50 représentants de la Chambre des députés et du Sénat.

 

 

     En 2018, certains des États membres les plus puissants du Conseil des droits de l'homme des Nations unies ont appelé la Chine à mettre fin aux violations flagrantes des droits de l'homme au Tibet. Nous sommes à la fois inspirés et encouragés par le soutien apporté au Tibet par des pays comme l'Allemagne, l'Australie, l'Autriche, la Belgique, le Canada, le Danemark, les États-Unis, la France, le Japon, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse à l’occasion du 3e cycle d’Examen périodique universel de la Chine.

 

 

     Fait tout aussi important, en décembre de l'année dernière, les États-Unis ont pris une mesure sans précédent en adoptant une loi sur l'accès réciproque au Tibet. Cette loi bipartisane refuse l'entrée en Amérique aux responsables chinois jugés responsables de la restriction de l'accès des officiels et des journalistes américains au Tibet. Le Président des États-Unis a encore renforcé son soutien au Tibet avec la loi sur l'Initiative de réassurance en Asie, qui garantit un soutien économique spécial pour promouvoir et préserver la culture, l'éducation et la conservation de l'environnement tibétains, ainsi que le développement durable.

 

 

   Nous sommes conscients que le gouvernement chinois n’exprime que des vœux pieux avec des mots comme « coopération » et « dialogue ». S'il croit sincèrement que « la coopération peut apporter la paix dans le monde », alors il doit renouer le dialogue avec les Envoyés de Sa Sainteté le Dalaï Lama. Comme nous l'avons dit à maintes reprises, les Envoyés sont prêts à discuter et à résoudre la question du Tibet, selon la Voie du Milieu.

 

 

    Au lieu de chercher à mettre fin aux 60 ans de répression au Tibet, le gouvernement chinois a mis au point une stratégie « zéro et cent ». Dans le cadre de cette nouvelle stratégie, aucune information venant des médias internationaux et du Tibet en exil ne sera autorisée au Tibet, tandis que seront projetés vers le monde extérieur et les Tibétains en exil 100% de propagande officielle sur le Tibet.

 

   

   Le gouvernement chinois suppose que la question du Tibet s'estompera avec le temps. Mais notre expérience de plus d'un demi-siècle nous fait croire le contraire. Les jeunes Tibétains au Tibet connaissent la répression et la résistance, tandis que les jeunes Tibétains en exil vivent dans la liberté et la démocratie. Ensemble, la jeune génération, au Tibet et en exil, s'est engagée à rechercher la vérité et la justice. Cette nouvelle génération de Tibétains s'est engagée à préserver son identité unique et à poursuivre dans la dignité. Ils sont également prêts à poursuivre la lutte pendant encore cinquante ans si nécessaire.

 

  

   Pour honorer et exprimer notre profonde gratitude pour le soutien que nous avons reçu au cours des 60 dernières années, nous avons fait de 2018 l'Année de la gratitude. En conséquence, nous avons commencé par « Thank You, India » (« Merci l’Inde ») et terminé par « Thank You, America » avec des programmes dans de nombreux autres pays afin d’exprimer notre profonde gratitude aux anciens et nouveaux amis du Tibet. Je tiens, une fois de plus, à exprimer nos sincères remerciements à nos chers amis, en Inde et dans le monde entier.

 

  

   Mes amis, le cas tragique du Tibet nous rappelle avec force tout le travail qui reste à accomplir. Soixante ans d'occupation du Tibet et de répression des Tibétains, c'est beaucoup trop long ! Pour que la lutte pour la liberté au Tibet progresse, le Kashag a officiellement déclaré 2019 « Année de l'engagement ». Je veux appeler les peuples épris de liberté du monde entier à s'engager à mettre fin à l'oppression au Tibet et à lutter contre l'impunité. Au Peuple tibétain du monde entier, je dis : continuons notre engagement à lutter pour la justice. Continuons à renforcer notre résilience pour que nous puissions être unis à nos frères et sœurs du Tibet, dans la liberté. Engageons-nous en faveur du retour de Sa Sainteté le Grand 14e Dalaï Lama au Palais du Potala à Lhassa, où il a légitimement toute sa place.

 

 

  Vive Sa Sainteté !

  Vive le Tibet !

 

 
   

 




Le voyage 2018 :

Des belles rencontres et des chaleureuses et encourageantes paroles pour

le "Toit Du monde"

avec le  Président  LOBSANG SANGAY